LES COMMUNIQUES


BP 05
Ile de Gorée
Sénégal
Afrique de l'Ouest
Tél : (221) 821.70.81
Fax : (221) 822.54.76
Email

 

NON ! à l'impunité des criminels de guerre

L'inculpation du président Charles TAYLOR pour crimes contre l'humanité, crimes de guerre et violation du Droit Humanitaire international par le tribunal Spécial de l'ONU pour la Sierra Léone le mercredi 04 juin 2003, est une décision salutaire.

Créé en réponse des graves crimes internationaux ( crimes de guerre, crimes contre l'humanité, génocides et à l'impunité) souvent commis lors des conflits armés internes ou externes , ce tribunal Spécial de l'ONU a bien réagi en inculpant Charles TAYLOR.
Le président TAYLOR est responsable de grave crimes commis pendant le conflit libérien , mais aussi en partie de l'instabilité de la sous région ( Cote d'Ivoire , Guinée , Casamance ) sans compter la prolifération des armes légères dont l'une des principales sources est le Libéria .

La Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l'Homme ( RADDHO) :
· Estime qu'aucune paix juste et durable ne saurait prospérer sans le respect du triptyque : paix , justice et réconciliation nationale ;
· Regrette que toutes les dispositions relatives à l'arrestation de TAYLOR n'aient pas été prises à temps pour le mettre hors d' état de nuire ;
· Encourage les pays africains à signer , ratifier et intégrer dans leurs législations internes les dispositions du statut de la cour pénale internationale pour lutter efficacement contre l'impunité .

Aujourd'hui l'Afrique du Sud est l'unique pays du continent à avoir mener à terme cette procédure( seize pays africains ont signé et ratifié le statut de Rome et trente l'ont seulement signé).

Le Sénégal, premier pays au monde a avoir ratifié le statut de la CPI en février 1999, doit prendre les dispositions idoines pour l'harmonisation du traité avec sa juridiction interne, de manière à être le deuxième pays africain après l'Afrique du Sud.


Fait à Dakar le 06 juin 2003

Le Secrétariat Général

[ Haut de page ]